divendres, 21 d’octubre de 2016

Sobre... Gilbert Becaud

Que la vie n'a d'importance 
que pour une fleur qui danse sur le temps 

Toi qui marches dans le vent, seul dans la trop grande ville, avec le cafard tranquille du passant. Toi qu'elle a laissé tomber pour courir vers d'autres lunes, pour courir d'autres fortunes, l'important… 
L'important c'est la rose, l'important c'est la rose, l'important c'est la rose, crois-moi. 
Toi qui cherches quelque argent pour te boucler la semaine, dans la ville tu promènes ton ballant, cascadeur, soleil couchant. Tu passes devant les banques si tu n'es qu'un saltimbanque, l'important… 
L'important c'est la rose, l'important c'est la rose, l'important c'est la rose, 
crois-moi. 
Toi, petit, que tes parents ont laissé seul sur la terre, petit oiseau sans lumière, sans printemps. Dans ta veste de drap blancil fait froid comme en Bohème. T'as le coeur comme en careme, et pourtant… 
L'important c'est la rose, l'important c'est la rose, l'important c'est la rose,
crois-moi. 
Toi pour qui, donnant donnant, j'ai chanté ces quelques lignes, comme pour te faire un signe en passant, dis à ton tour maintenant que la vie n'a d'importance que pour une fleur qui danse sur le temps
Gràcies Pere! © de la imatge: P. Manubens